Le tadelakt

Le tadelakt

Pour tous les amateurs de décoration d’intérieur, le tadelakt est une technique incontournable !

De la famille des enduits, ce matériau nous vient des traditions des bâtisseurs d’Afrique du Nord. Il est surtout utilisé pour ses qualités indéniables de décoration, mais il est important de savoir que ses principes d’étanchéité en font un allié idéal pour les pièces d’eau ou les coins humides d’une habitation à embellir ! Ainsi, le tadelakt ornait-il nombre de hammams orientaux.

La ville de Marrakech est l’emblème de cet enduit qui possède des vertus particulières du fait de son élément de base : la chaux de Marrakech ! En effet, elle comporte trop d’impuretés qui pourraient être néfastes, or, ce sont elles justement qui apportent ces qualités de résistance à l’eau.

Il ne faut pas s’y tromper, comme la recette de l’absinthe longtemps protégée par ses créateurs, il rôde comme un air de secret autour du tadelakt ! Si quelques chercheurs s’y sont penchés, rien n’a été trouvé qui soit équivalent à ce produit naturel, amoureusement fabriqué par des maîtres sahraouis…

Dans les magasins de bricolage vous trouverez des mélanges appelés « à effet tadelakt » mais la composition n’est pas l’exacte réplique du produit originel. La chaux de Marrakech par exemple est remplacée par de la poudre de marbre mêlée à de la chaux dite aérienne.

Étant de plus en plus en vogue parmi les techniques de décoration actuelles, des stages sont programmés pour apprendre à fabriquer son tadelakt et comprendre comment s’en servir au mieux.

L’enduit provient de l’assimilation du carbone par la chaux, et ceci est influencé par l’hygrométrie du milieu où se constitue la base du matériau. C’est donc un véritable art que de trouver les bons gestes et les bonnes mesures pour faire son mélange car sinon, soit vous obtenez une « eau farinée » trop liquide ou alors, une « pseudo porcelaine » trop compactée mais… pas du tout un enduit agréable à l’œil et au toucher.

La patience et le temps sont deux éléments indispensables car passer une pièce au tadelakt ne peut pas se faire par étapes. Il est nécessaire de faire « tout d’un coup » pour éviter l’inesthétique des raccords. Tout doit être couvert au même moment. Le tadelatk aime être déposé sur une surface de type plâtre car les aspérités ne gênent pas beaucoup et l’enduit « accroche » bien ce matériau.

Le tadelakt est aplani à la lisseuse en un passage unique. Sur une épaisseur d’environ cinq millimètres, puis en dessinant des ronds à l’éponge ou à la taloche douce, vous finissez de « travailler » le mur en « serrant » le produit (c’est-à-dire en le lisant avec une langue-de-chat sorte de petite spatule qui aplanit la surface) et pour finir, vous patinez avec un galet (qui est une pierre de la famille des agates ou des améthyste), dont le but est de « fermer » les aspérités du tadelakt ainsi appliqué. Ce geste dit de « ferrage » permet que l’enduit en séchant prenne différentes teintes, ce qui en fait un matériau nuancé et captant différemment la lumière selon l’heure du jour.


Articles intéressants dans Revêtements muraux

Voici une sélection d'articles proche de Le tadelakt