Avec quoi isoler sa maison ? Évitez les pertes de chaleur.

Les laines minérales

Pour isoler votre demeure, il existe des isolants en laine minérale. Ils sont de trois types différents et ont leurs avantages et leurs inconvénients propres. Il s’agit de la laine de verre, de la laine de roche et du verre cellulaire.

La laine de verre

La laine de verre est produite à partir de sable et de verre recyclé par fusion et fibrage. Vous trouverez ce matériau vendu sous forme de rouleaux dans la majeure partie des cas mais aussi en flocons pour des espaces plus spécifiques. Sa performance thermique varie en termes de conductivité thermique de 0.030 W/m.k à 0.040 W/m.k ce qui est très positif. La laine de verre est utilisée dans le monde entier pour isoler efficacement les toitures, les murs, les sols et mêmes les cloisons.

Les rouleaux de laine de verre sont ultra maniable de par la nature poreuse et élastique du matériau. Cette nature même permet d’atténuer les bruits ambiants en offrant une isolation phonique correcte. Ainsi, en plus de protéger du froid et de la chaleur, la laine de verre assure une correction phonique intéressante. Il faut ajouter à cela sa nature incombustible qui empêche la propagation du feu et le fait qu’elle a une bonne réaction à l’eau puisqu’elle retrouve toute sa conductivité thermique et phonique si vous la laissez sécher sans intervenir.

La laine de verre a un faible impact écologique par rapport aux laines végétales puisqu’elle ne consomme pour tout son cycle de vie que 35,6 MJ. Son coût diffère selon sa résistance thermique entre 2,8 € au m² pour un complément d’isolation à 10,03 € au m² pour résistance supérieure à 3.

La laine de roche

La laine de roche est produite à partir de roche volcanique, le basalte principalement, par fusion. Vous trouverez la laine de roche vendue en rouleaux, en panneaux rigides pour une plus forte résistance mécanique, en coquille pour un bon calorifugeage autour des tuyaux ou en flocons pour de l’épandage mécanique.

Tout comme la laine de verre, la laine de roche est incombustible et retrouve toute sa performance en cas de contact avec l’eau. Par contre, à l’inverse de la laine de verre qui plait par son côté flexible, la laine de roche est beaucoup plus rigide et permet donc plus aisément une adaptation à des applications où une forte résistance mécanique est demandée. Il peut s’agir d’isoler des toitures étanchées ou d’une isolation thermique et acoustique des sols ou pour une bonne résistance au feu dans des systèmes coupe-feu. Son coût va de 3,08 € au m² à 12,16 € le m² pour une résistance thermique supérieure à 3.

Le verre cellulaire

Le verre cellulaire est plus spécifique. Sa production se fait à partir de carbone et de verre. Cette fusion crée une mousse de millions de cellules de verre qui contient un gaz inerte. Cette mousse est ensuite refroidie pour obtenir une structure cellulaire hermétiquement close et c’est cette spécificité qui le rend isolant. Le verre cellulaire se vend sous forme de panneaux lorsque vous souhaitez isoler une toiture plate ou légèrement inclinée. Vous pouvez aussi utiliser ces panneaux en façades sous un bardage par exemple ou même en faire des murs car il a une forte résistance à la compressibilité. Mais vous trouverez aussi les blocs de verre cellulaire. Ces blocs servent à prévenir les ponts thermiques et sont donc placés sous la maçonnerie.

Le verre cellulaire est très étanche à l’eau et à la vapeur d’eau ce qui le place nettement au dessus de la laine de verre et de la laine de roche. C’est donc un très bon isolant thermique qui résiste à l’humidité et qui est complètement ininflammable. Malheureusement, il n’est pas très utile sur des surfaces irrégulières car il n’y adhère pas du tout, il est nécessaire que la plaque de verre cellulaire soit épaisse car sinon elle est extrêmement fragile. Son prix n’est pas non plus des plus abordable enter 30 et 56 € le m².


Les autres matériaux isolants